Le mégaoesophage du chat

 

mégaoesophage du chat

Le mégaoesophage du chat

 

Le mégaoesophage est une pathologie qui gonfle l’œsophage et réduit son péristaltisme, c’est-à-dire que le chat peine à avaler sa nourriture pour l’envoyer dans son estomac.

De ce fait, il perd du poids rapidement car il régurgite tout aliment qu’il mange et par conséquent n’assimile pas assez de calories dont il a besoin. De plus, des complications comme la pneumonie se rajoute à cette pathologie car les aliments régurgités sont aspirés vers les poumons. Il aura tendance à tousser fréquemment et avoir une mauvaise haleine (halitose).

Le mégaoesophage touche certaines races plus que d’autre telle que le chat Siamois.

Il peut l’avoir dès la naissance ou bien le développer au cours de sa vie. Il peut même survenir suite à une autre maladie ou sans raison apparente.

Il provient sans doute de plusieurs facteurs comme un problème neurologique, d’un problème de distension de l’œsophage lors de l’ingestion d’aliments ou encore la détérioration des propriétés viscoélastiques de son œsophage.

Lorsque le chat a un mégaoesophage dès la naissance, il s’agit le plus souvent d’un retard dans le développement de la fonction œsophagienne. A noter que cela peut s’améliorer avec le temps.

On n’a pas vraiment d’explication pour les mégaoesophage acquis. En revanche, ceux survenant pendant la vie du chat peuvent provenir de diverses maladies immunitaires, tumorales, gastro-intestinales ou encore neuromusculaire.

Le vétérinaire pourra faire une radiographie du thorax afin de valider le diagnostic. On peut même le voir à l’œil nu lorsqu’il y a une masse tumorale qui fait gonfler l’œsophage du chat.

Une autre technique permet de diagnostiquer cette pathologie grâce à l’imagerie spécialisée. Pour cela, on fait boire du baryum qui est un liquide blanc opaque, qui une fois introduit dans son œsophage sera plus visible lors de la radiographie. Cette technique reste tout de même assez risqué car le liquide peut rentrer dans les poumons.

Un bilan sanguin sera également à faire afin d’exclure ou de trouver les maladies à la source du mégaoesophage.

Afin de d’aider au mieux le chat pour son traitement, il faudra lui donner des aliments nutritionnels riches en calories et vérifier qu’il ne régurgite pas la nourriture. Il est conseillé de lui donner plusieurs petits repas chaque jour. Si nécessaire on peut aider le chat afin qu’il mange dans une posture surélevée afin que les aliments descendent plus facilement dans l’estomac. Si le chat est très faible, on peut utiliser un tube que l’on insère dans l’estomac afin de l’alimenter.

Il faudra surveiller que le mégaoesophage ne se transforme pas en pneumonie du fait de l’aspiration d’aliments dans les poumons. On pourra alors lui prescrire des antibiotiques ainsi que des médicaments pour contrer l’acidité gastrique. D’autres médicaments existent afin d’aider à amplifier la mobilité de l’œsophage afin que le chat ingère plus facilement sa nourriture.

Le pronostic vital du chat diffère fortement d’un cas à l’autre. S’il développe en plus une pneumonie et se déshydrate, il sera malheureusement condamné assez rapidement. S’il a développé cette pathologie à la naissance, il se peut que l’œsophage retrouve sa fonction normale durant sa première année de vie.

Enfin, il arrive dans certains cas qu’il y ait une rémission au bout de 6 mois environ.